Actuplaystation

La référence des consoles de sony

TEST: Final Fantasy XIII – Playstation 3

Posted by robenland sur 27 juin 2010

Editeur : Square Enix
Développeur : Square Enix
Type : RPG
Multijoueurs : non
Sortie France : 9 Mars 2010
Version : Textes en français, voix anglaises
Durabilité : entre 50 et 60 heures
Classification : Interdit aux – de 16 ans

Un titre qui ne risque pas de passer inaperçu dans les bacs. Alors vaut-il le coup ? une question qui mettra beaucoup de monde en désaccord puisque cet épisode a suscité beaucoup de bruit étant donné les changements importants que les développeurs ont apporté. Certains lui ont reproché son coté dirigiste qui lui à même valut e surnom de « Couloir XIII », d’autres ont réussi à fermer les yeux sur ces défauts de réalisation pour se plonger pleinement dans l’aventure.

Il est vrai que Square Enix a chamboulé de façon radicale les mécanismes fondamentaux qui avaient jadis fait le succès de la série Final fantasy, pour toucher une cible de joueurs plus vaste au détriment des fans. Difficile après ça de noter de façon objective un RPG qui ne propose aucun village ni de lieu ou l’on peut ressentir une sorte de liberté, hormis la zone de Grand Pulse qui est plus un terrain de chasse qu’une zone d’exploration.

Néanmoins, j’ai tout de même une certitude concernant ce titre: c’est qu’il possède un gameplay énergique est incroyablement jouissif. Grâce à cela on arrive aisément à oublier les points affligeants tels que l’absence de ville et une progression totalement linéaire. Final Fantasy XIII est un cas vraiment spécial. Aujourd’hui, le constat est que l’on se retrouve avec l’un des plus beaux jeu next-gen. Mais à quel prix ? Et c’est justement là le plus gros souci.

L’équipe en charge du développement a pris d’énormes risques en changeant les fondements pourtant récurrents dans chacun des opus de la série. J’ai donc eu le triste sentiment de ne pas jouer à un FF durant toute ma partie. Cependant, il s’en sort tout de même à merveille. La faute à un travail d’orfèvre parfaitement maitrisé : des musiques douces et agréables, un cheminement efficace, des mises en scènes spectaculaires omniprésentes, bref, un plaisir de tous les instants.

Malheureusement, il est délicat de le considérer comme un Final Fantasy, tout simplement parce qu’on ne décide pas de renouveler les bases d’une saga ayant plus de vingt ans en seulement quelques années d’investissement. Il est mieux donc de juger cet opus de façon neutre, afin de l’apprécier à sa juste valeur.

Ils sont où les PNJ ?

Ce final fantasy XIII est très insolent car il rompt avec beaucoup d’habitudes, dont celle des civiles avec qui il était possible d’interagir à l’époque; ici ils n’y en a pas, du moins vous trouverez parfois quelques personnes éparpillés aux quatre coins du globe, parlant d’un sujet relatif au scénario à l’aide d’une bulle. Vous allez me dire oui mais comment fait on pour acheter nos armes et équipements ? pour cela rien de compliqué, soyez juste attentif lorsque vous découvrez une nouvelle zone de manière à distinguer un objet flottant ayant la forme d’une boule de cristal. C’est ceci qui vous permettra de faire vos emplettes et de restaurer vos PV.

Science Fiction

Je vais éviter de parler des grandes lignes de la trame scénaristique, en revanche pour le résumé en quelques mots il s’avère prenant. Les héros sont très attachants et se révèlent beaucoup plus complexes qu’on pouvait l’imaginer. On a des tensions, des rivalités, et au fur et à mesure que le scénario évolue de la haine meurtrière apparait entre différents protagonistes.

L’univers se passe dans un cadre mélangeant futuriste et fantaisiste, entre le monde sauvage de Grand Pulse et le monde artificiel de Cocoon. Les personnages centraux devront lutter contre la volonté d’être supérieurs, nommés fal’Cie, pour sauver leurs proches et les deux mondes.

Fight !

L’engagement avec les créatures est probablement l’aspect du soft le plus abouti, frustrant au départ puisque vous serez pris par la main pendant presque un quart du jeu par un tutorial. Toutefois lorsque vous aurez assimilé toutes les subtilités de chaque membre et de leurs propres caractéristiques, les affrontements se montreront à vos yeux plus intéressants qu’au commencement de votre quête.

Votre équipe se composera toujours de trois titulaires et 3 remplaçants. En ce qui concerne le fonctionnement des duels, il ne se déroule pas au tour par tour comme les anciens opus, il se base à un système de jauge ATB, visible uniquement pour le meneur de l’équipe, seul personnage directement contrôlable. Pour les autres, leurs actions seront contrôlées par le CPU.

Les batailles ne manquent pas d’action et de rapidité ce qui explique pourquoi il est préférable que l’on ait accès uniquement au leader. Les deux membres de votre escouade combattrons en fonction du rôle que vous leurs attribuerez. Six tâches sont disponibles suivant votre progression. Par exemple l’Attaquant effectuera des actions physiques et magiques. Le Défenseur servira de bouclier humain à l’équipe, il subira les coups des adversaires tout en se renforçant. Le Ravageur lancera des attaques physiques et incantations élémentaires. Le Soigneur utilisera des sorts de magie blanche. Le Tacticien améliorera les capacités du groupe. Quant au Saboteur son objectif sera de pénaliser les opposants avec des malédictions.

Il est primordial de comprendre la particularité de tous ces jobs de manière à les utilisaient efficacement, surtout lors d’événements cruciaux. Ce qui vous permettra de vous rendre compte de la richesse intelligente dans laquelle s’est orienté ce FF.

Si le contrat était pour Square de nous donner un premier Final Fantasy ouvert au grand public, force est de constater qu’ils l’ont admirablement remplis. La fameuse linéarité tant décriée ne m’a gêné en rien car elle colle divinement bien au récit raconté, ainsi qu’à son rythme frénétique. Le tout marié habilement à un système de combat qui est une pure merveille. Parmi tous les RPG auquel j’ai joué, celui-ci est un des plus addictif. l’IA de nos coéquipiers répond au doigt et à l’oeil. Certes on peut pester de temps à autre contre un sort de guérison ou de vie que l’on ne voit pas venir mais cela reste correct en tout point.

Il faudra quelquefois faire preuve de patience contre certains boss censés clôturer un chapitre: en effet la durée d’un conflit peut parfois s’étendre jusqu’à 1 heure. A noter que chaque monstre est muni d’une jauge appelée » Choc », relative à une défense temporaire. Le but sera de faire monter cette barre au maximum, jusqu’au « seuil critique » qui varie selon les ennemis. Pour ça, il faudra enchaîner les attaques de façon à ce qu’il n’est pas le temps de se remettre et que sa jauge de choc ne descende pas. Par conséquent cette tactique vous permettra de sortir régulièrement de situations désespérées, et de vaincre n’importe quelle chimère en un temps record.

Visuellement splendide, les décors sont variés offrants des paysages absolument renversants, la modélisation est époustouflante associée à une intrigue haletante et incroyablement recherchée. Ceci dit il est impératif de faire abstraction des points contrariants pour que l’on considère le jeu en lui même et non par rapport à la licence.

Notation:

Graphisme : 18 / 20

Animation : 17 / 20

Jouabilité : 16 / 20

Ambiance : 15 / 20

Durée de vie : 16 / 20

Bande son : 16 / 20

Gameplay : 15 / 20

Histoire : 16 / 20

Fun : 15 / 20

Verdict : 16 / 20

Dans l’ensemble je le recommande et même malgré les critiques que l’on peut trouver, c’est donc un « Final Fantasy » innovant que nous livre là Square Enix, dynamique et fascinant, sans être le meilleur de la saga, il renouvelle le genre et offre une nouvelle perspective à l’avenir du jeu de rôle.

Test rédigé par Rick Lehmer.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :